La statue. Épisode 4 et fin

Épisode précédent.

 

La nuit était d’un noir d’encre quand nous partîmes, armés d’un marteau, d’un couteau et d’un revolver pour aller détruire ma créature. Nous avons marché longtemps, toujours en train de chercher un signe indiquant son passage quand un hurlement retentit, déchirant la nuit. Devant nous, apparut le monstre que nous avions créé, du sang coulait de sa trompe et il avait enroulé autour du cou, comme une écharpe, les intestins de sa victime. Celle-ci était encore en vie et hurla pendant une minute après notre arrivée, le son sortait de ce qui avait dû être un jour sa bouche, un trou sanguinolent au milieu d’un tas de chairs qui était autrefois son visage. Quand le malheureux essayait d’inspirer, il avalait une cascade de sang qu’il recrachait aussitôt. Ma créature s’enfuit à notre vue, laissant derrière elle un cadavre. Je tirais immédiatement mais mes balles rebondissaient sur elle.

Nous l’avons poursuivie toute la nuit, à travers des ruelles désertes. Elle s’arrêtait souvent, comme si elle voulait nous laisser la poursuivre là où elle allait. Nous nous enfoncions dans un quartier de la ville que je n’avais jamais vu, les rues étaient de plus en plus petites. Elle entra dans une maison à l’air misérable. Je poussais la porte.

Je jetai un coup d’œil à l’intérieur et m’arrêtai, stupéfiée. La créature avait sculpté des dizaines de statues pareilles à la mienne, toutes plus horribles les unes que les autres. Certaines avaient de longues griffes pointues, d’autres des bras immenses, d’autres encore avaient des bouches aux dents acérées sur tout leur corps. Cette créature immonde était en train de préparer une potion pour leur donner vie.

Tout à coup, je vis Jeff sauter, marteau en main sur l’une d’elles et la briser. J’allai immédiatement l’aider quand la créature nous attaqua. La lutte fut terrible, nous lancions sur ce démon les restes des statues que nous cassions, celui-ci tentait de nous frapper avec sa trompe et m’arracha trois doigts.

Soudain la terre se mit à bouger sous nos pieds. Un tremblement de terre arrivait. Une large fissure s’ouvrit dans le sol, engloutissant les statues, je me jetai dehors, suivie par Jeff et la créature. Il la repoussa quand elle agrippa son pied et l’entraîna dans sa chute. La maison s’effondra sur eux et la fissure se referma. Ainsi disparurent mon ami et l’immonde créature que j’avais créée.

Mais le soir, quand la ville est déserte et la nuit sombre, je ne peux m’empêcher de trembler en pensant qu’aucun tremblement de terre n’a été signalé le jour où tout cela eut lieu, que la rue où nous nous trouvions n’existe sur aucune carte, que par instants, je vois des endroits étranges, comme quand je me connectais à la statue et surtout, je revois les yeux de Jeff et de ma créature pendant leur chute. Dans ces yeux, se reflétait mon image, mais je les y voyais aussi : ils étaient là, derrière moi.

Fin

Lézard Ticho

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s