La taupe à nez étoilé ou l’apothéose de la recherche neuronale !

Cette petite taupe d’environ 15 cm dont la queue mesure quasiment la moitié de sa taille vit généralement dans les zones humides de l’Est du Canada et du Nord-Est des États-Unis. Elle doit son surnom à son museau très caractéristique en forme… d’étoile. Celui-ci est muni de 22 tentacules, ceux-là même qui contiennent le secret de 25 ans de recherche sur cette bestiole étrange…

« Ouais parce que j’espère que j’ suis pas le seul à me demander qui lui a mis un poulpe sur son pif.

 – Ne t’inquiète pas Bobby, tu devrais comprendre à quoi ça  lui sert. »

 

Un être ultra-sensible

Le Condylure étoilé (oui, c’est son petit nom) se nourrit de lombrics, crustacés et insectes. Il est capable d’identifier et de manger sa nourriture en moins de deux dixièmes de seconde et il détermine en moins de 8 millisecondes si une proie est comestible ou non.

« Ouaah mais ça va aussi vite que dans les formules du cours de physique ! Et ça doit aussi être pour ça que j’y comprends rien…

– Ne dis pas ça Bobby et attends que je t’éclaire. En fait, c’est très simple : le condylure étoilé a hérité de la vision légendaire de toutes les taupes, c’est à dire que…

– Son ophtalmo fait une dépression ?

– On peut dire ça comme ça, Bobby. Plus sérieusement, il est quasiment aveugle. Sauf que son odorat compense très amplement ce défaut ! Son organe en forme d’étoile lui permet de repérer ses proies. Il possède en effet une petite zone que les chercheurs appellent « fovéa du toucher ». Ils ont démontré qu’il est similaire en tout point avec notre vue et ont établi une théorie selon laquelle l’évolution construirait des « systèmes sensoriels extrêmement évolués qui sont basés sur la vue ou le toucher ».

-Euh……j’ai rien compris à part que son nez c’est une sorte de couteau suisse…

-Tu ne crois pas si bien dire Bobby, car la taupe utilise ses tentacules pour palper le sol et les proies et les plus longues d’entre elles lui servent à attraper et amener vers elle sa nourriture. »

De plus, son organe étoilé dispose d’un système nerveux (celui qui nous permet de sentir un contact, une douleur…) extrêmement dense. Environ 100 000 fibres sont contenus dedans, soit 5 fois plus que dans une de nos mains. C’est ce qui explique sa rapidité d’analyse.

Et pour ceux que ça intéresse, les chercheurs ont révélé ne pas avoir réussi à trouver la limite la plus basse pour activer ces neurones. En gros, les techniques actuelles ne permettent pas de pouvoir créer un contact que ne détecterait pas notre super-taupe.

Image extraite de la page 364 de « Histoire naturelle des mammifères avec l’indication de leurs mœurs et de leurs rapports avec les arts, le commerce et l’agriculture » Paul Gervais, 1854.
Un odorat sous-marin et des pelles intégrées 

 Les pattes antérieures de la taupe lui servent de pelle afin de creuser ses galeries dans les marais. Quand elle creuse ses tunnels, qui peuvent d’ailleurs atteindre 300m, elle peut déboucher sous des lacs. Ce qui ne lui pose aucun problème, vu qu’elle nage très bien et passe pas mal de temps dans l’eau. Et ce n’est pas tout. Elle sait aussi courir sur le sol et dans la neige.

Elle a récemment fait l’objet d’une découverte déconcertante puisqu’un chercheur, après avoir déterminé le temps moyen que la taupe met pour détecter sa proie sous l’eau (230 millisecondes), a expliqué avoir trouvé le moyen qui lui permettait de réaliser cette prouesse. La taupe expulse de petites bulles d’air à proximité d’une éventuelle proie, puis les renifle très rapidement, ce qui lui apporte l’odeur et en même temps l’identité de l’animal… Cette technique lui permet donc de SENTIR ses proies sous l’eau, ce qui en fait le premier mammifère connu qui peut sentir sous l’eau.

« Bon tu parles, tu parles, mais je pige toujours  rien !

– Dans ce cas, cette petite vidéo va t’aider à mieux comprendre  »

 

La Mine Affûtée

NDLR : La Mine Affûtée va-t-elle avec cet article ouvrir une nouvelle rubrique que l’on pourra intituler « De la part des Anciens  » ? A suivre !

 

SOURCES :

Actualité Houssenia Writing

Dinosoria.com

Faire des bulles pour renifler sous l’eau ! par Jean-Luc Goudet, 01/01/2019, Futura Santé

 

 

2 commentaires

  1. Le retour de la mine affûtée, voilà qui fait plaisir ! Notre Blackpoulet se sentait esseulé sans ses camarades animaliers !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s