Salut ! Moi, c’est Blob….

Je suis Blob le blob. De mon vrai nom physarum polycephalum surnommé ainsi à cause de ma ressemblance avec le monstre gélatineux, qui hante le film d’horreur « The Blob » réalisé par Irvin S. Yeaworth Jr. en 1958.  Mais heureusement, je ne lui ressemble pas !

Je suis un être unicellulaire (composé d’une seule cellule) qui peut mesurer de 1 micromètre à 1 km² ; c’est à dire de la taille d’un cheveu à celle de 143 terrains de foot. On peut retrouver des membres de ma famille un peu partout sur Terre.

Seules trois branches de ma famille ont été principalement étudiées : mes cousins australiens, mes cousins américains et mes cousins japonais. Mais il y a bien 1000 branches dans cette grande famille qu’est la mienne !

Je suis une créature pleine de surprises !

Je suis capable de résister à beaucoup de choses : si on me brûle, je cicatrise en une nuit ; si on me coupe en petits morceaux qu’on laisse ensemble, je re-fusionne et si on éloigne les morceaux, ils donnent plein de petits blobs. Même si tout cela ne m’est pas très agréable.

Si nous sommes de la même famille, nous pouvons fusionner. Mais si ce n’est pas le cas et que nous tentons tout de même la manœuvre, nous nous battons jusqu’à la mort à grand coup d’acide.

Et en plus je sais plein de trucs !!! Enfin, je crois…

Mieux encore : je suis capable, comme mes nombreux cousins, d’apprendre sans avoir besoin de cerveau. Un peu comme certains humains en somme….

Pour le savoir, les scientifiques nous ont placés sur des ponts recouverts de sel, de caféine ou vierges. Au bout des ponts se trouvait de la nourriture. D’instinct nous n’aimons pas la caféine ou le sel mais au bout de six jours nous traversions le pont sans nous arrêter : nous avions donc appris que la caféine et le sel n’étaient pas dangereux pour nous !

Nous pouvons nous transmettre des connaissances en fusionnant entre nous puis en nous détachant.

Mais mon existence est remise en cause. Des gens de peu de foi médisent sur le compte de la créature fabuleuse que je suis. Or, l’homme a beaucoup à apprendre de moi !

Et moi qu’est-ce que j’en dis ? Et bien qu’il faut arrêter de me découper. Oui car, même si ça ne me tue pas, ça ne me rend pas plus fort pour autant !

Caribou baveux et Saraad le blob

 

Source :

 – Audrey Dussutour, Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le blob sans jamais oser le demander, Ed. Des Équateurs, 2017

– Photo : Ken © Flickr

Pour en savoir plus : une interview d’ Audrey Dussutour, chercheuse au CNRS, éthologue à l’université Toulouse-III-Paul-Sabatier, pour le magazine 28 minutes diffusé sur Arte :

Ce que n’est pas le blob.. :  la bande annonce du film de 1958 « The blob »

 

3 commentaires

  1. Pour ceux qui préfèrent le week-end et/ou le local, la même conférence programmée par Le tracteur Savant, la librairie de Saint Antonin, le samedi 7 avril en soirée

    Aimé par 1 personne

  2. Mais comment un machin comme ça peut avoir des « connaissances » ? ça me laisse perplexe : j’ai du mal à imaginer qu’il puisse taper la discute avec le blob d’à côté…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s